Suzie DESMET

Naturopathe, coach en hygiène de vie

Formée à ISUPNAT, Institut Supérieur de Naturopathie à Paris

Image de Jazmin Quaynor

Mon histoire

Petite fille d'agriculteurs et de passionnés de jardinage, j'ai eu la chance d'être élevée au plus proche de la nature dans la campagne profonde du nord de la France et d'être nourrie à coup de grandes plâtrées de légumes (merci maman!). Une enfance ch'ti équilibrée en somme. Comme quoi, ça existe.


A 18 ans, je décide de littéralement me déraciner pour partir à la conquête de la capitale et rejoindre la prestigieuse école de commerce ESCP-Europe. Bonne vivante, je travaille pendant 7 ans dans le secteur du chocolat puis de l'alcool en tant que responsable marketing au sein de groupes agro-alimentaires. Promise à une carrière des plus exaltantes, je finis par être frappée par la fameuse crise de la trentaine...


Place à la quête de sens, au besoin profond d'utiliser mon énergie pour une cause utile quitte à sortir de ma zone de confort.

WhatsApp Image 2021-09-27 at 15.37_edited.jpg
profil 1.jpg

"DÉCOUVERTE FORTUITE, LA NATUROPATHIE DEVIENT UNE PASSION ET JE DÉCIDE D'EN FAIRE MON MÉTIER.​"

Plongée depuis quelques temps dans une refonte de mon hygiène de vie, mise à mal par l'agitation d'une vie typique de parisienne active, experte en cacao et alcool qui plus est, je suis effarée de constater les nombreux impacts positifs sur ma santé et notamment sur mon alopécie qui, m'avait-on dit, n'avait aucun lien avec mon hygiène de vie mais juste avec la génétique (cf paragraphe suivant). Découverte fortuite, la naturopathie devient une passion. Je décide de quitter mon CDI et de me former pour en faire mon métier.​
 

Faire rayonner cet art de vivre et accompagner les gens vers un capital santé optimisé est aujourd'hui ce qui m'anime jour après jour. Trop de personnes souffrent de maux qui pèsent sur le quotidien, diminuent leur bien-être (fatigue chronique, troubles digestifs, acné, perte de cheveux ...) sans savoir que non ce n'est pas normal et que la naturopathie peut les aider à optimiser leur qualité de vie. 

logos-isupnat-vector-png-300x136.png

Formation ISUPNAT

Mémoire : Ô my stress, comment faire du stress votre meilleur ami ?

Image2.png

Certifiée FENA

Fédération Française de Naturopathie

logo-site-Naturofit.jpg

Experte Naturofit

Agence de naturopathie en entreprise

Mon parcours

 

-chute de cheveux

-chute de cheveux cause

-perte de cheveux

-traitement naturel

-alopécie androgénétique alopécie androgénique

-Androcur Minoxidil, Spironolactone

-PRP

-antichute

Mon alopécie :
une prise de conscience, un déclencheur

Perdre ses cheveux, ce n’est jamais chose facile mais pour une femme, ça l’est encore moins. On se sent profondément diminué dans sa féminité. 


En 2010, je me rends chez un dermatologue expert du cuir chevelu qui me pose un diagnostic d'AAG (alopécie androgénétique) et me prescrit un traitement hormonal assez fort (Diane 35 + Androcur) associé à l'application locale et quotidienne de Minoxidil. Ce traitement, je l'ai suivi pendant plus de 7 ans en tentant également la très couteuse méthode du PRP, le tout avec des résultats moyens et des conséquences sur mon bien-être (absence de libido) et mon portefeuille.

En 2017, quand je reprends en main mon hygiène de vie, je constate du mieux et j'entame alors une démarche auprès de naturopathes et d'une endobiogéniste pour réfléchir autrement à ma problématique et comprendre comment la juguler au naturel (en savoir +).

PHOTO-2021-04-18-10-49-48.jpg
 
alopécié.JPG

Cette démarche était également motivée par les choses inquiétantes que l'on commençait à entendre sur les effets à long terme d'Androcur.


Cette démarche m'a aidé à comprendre les véritables déclencheurs de mon alopécie. Dès lors, j'ai arrêté tout traitement hormonal, j’ai changé profondément mon hygiène de vie et je m’aide également de quelques plantes en cures ponctuelles. Sur les photos, on constate du mieux mais on ne peut pas vraiment se dire guérie d'une AAG. Je garde une prédisposition et je dois être attentive.

Désormais naturopathe, c’est une problématique qui me passionne et que je suis de près. J'accompagne de nombreuses femmes sur le sujet et je tente de sensibiliser sur ce thème encore bien trop souvent tabou et sur lequel beaucoup de personnes se sentent absolument démunies.